Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

 06 86 63 36 45

17 Oct

Urgence de propreté à Marseille

Écrit par Di Domenico Patrick

Après plus de 7 jours de grève, les centres de transferts des déchets ont été débloqués en fin de matinée par les éboueurs de la société Derichebourg. Le ramassage des 40 000 tonnes d’ordures laissées en souffrance dans plusieurs arrondissements de Marseille n’a pas pour autant repris et le conflit perdure dans les 2ème, 15ème et 16ème arrondissements de la ville.

Ces mouvements sociaux trop réguliers qui portent atteinte à la salubrité, au fonctionnement normal du commerce et de l’économie pendant de nombreux jours sortent du cadre de l’usage normal et démocratique du droit de grève. Il s’agit de dérives trop fréquentes et impunies qui se banalisent sans que l’Etat de droit soit respecté et que le rétablissement de l’ordre soit rétabli dans des délais acceptables. Aussi, dans l’intérêt général, l’Upe 13 demande la mise en place immédiate d’un plan d’urgence de la propreté à Marseille qui doit prévoir :

- Un service minimum par réquisition si besoin du ramassage des ordures.

- Un accès libre et sécurisé des centres de déchets.

- Des poursuites judiciaires effectives dans les cas d’abus caractérisés du droit de grève par atteinte aux libertés de travailler et de circuler.

Par ailleurs, l’Upe 13, qui salue les efforts et le courage dont la jeune Métropole Aix-Marseille Provence a fait preuve en tentant d’organiser malgré tout le ramassage des ordures, ne saurait pour autant être complaisante avec ce laxisme chronique et durable sur ces questions de gestion de la propreté. La propreté, composante de la sécurité d’une Métropole, est une exigence aussi importante que les transports pour l’attractivité de notre territoire.
L’Upe 13 rappelle que le respect des libertés essentielles est inscrit dans notre constitution et que toutes entraves à ces libertés constituent un délit caractérisé.